HUNTERS. DEMONS. ONE QUEST.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Agence des eaux, bonjour" [pv Dean, PNJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Samuel Winchester
* MODO
avatar

Nombre de messages : 501
<b>Age</b> : 24 ans
<b>Profession</b> : Aucune
<b>Adresse</b> : Pacific Hotel Restaurant, R214
Date d'inscription : 25/01/2008

* MY HIDDEN WORLD
Possession/Pouvoir: ///
Groupe: Chasseur
Relations:

MessageSujet: "Agence des eaux, bonjour" [pv Dean, PNJ]   Jeu 7 Fév - 21:45





Après un court voyage dans l’Impala, avec pour fond sonore le groupe Metallica, qui à la longue épuisait les oreilles de Sam, ils arrivèrent à l’adresse de la veuve relevait par le plus jeune des frères plus tôt dans la matinée. Lors du premier passage, il aperçut la propreté de cette demeure qui semblait paisible à première vue. Les rues qui l’entouraient été presque sans vie. Il faut dire que l’heure où les frères allaient se présenter n’était pas très raisonnable en y repensant. Le soleil allait bientôt atteindre le sommet de sa journée et étant en pleine semaine, certains habitants travaillait, les enfants étaient placés en garderie ou tout simplement a l’école et les femmes au foyer, si il y en avait, préparaient a manger pour leur mari et enfant qui ne tarderaient pas a venir prendre leur repas. C’est tout du moins ce qu’imaginait le plus jeune des Winchester qui n’avait jamais vécu ainsi. Non, lui avait eu une enfance avec un père absent et un unique frère pour le protéger. En avait il souffert ? Il mentirait si il affirmait le contraire, mais la vie lui apporta des choses bien plus effrayantes, qui le déchira bien plus qu’une enfance mouvementée.

Dean c’était garé un peu plus loin. Il avait beau être fière de sa voiture, il savait que celle-ci n’était pas un élément qui allait en leur faveur dans leur imposture. C’est donc à pied qui fit le chemin jusqu'à la maison. Sam, vêtu de son uniforme trouvait le temps agréable bien que la fraîcheur matinale se faisait encore ressentir. Il marcha le long de cette allée de dalle au ton beige clair, cimenté de blanc, dont il avait peur de salir tellement qu’elle semblait entretenue. Il aurait pu parier qu’on la balayait au moins quatre fois par jour. Dans ce quartier, il devait y avoir un arrêté concernant un nombre de millimètre bien précis autorisé sur chaque brin d’herbe. La pelouse était parfaitement taillée et le vert, dont elle était colorée, n’annonçait en aucun cas un manque d’eau, bien au contraire. D’ailleurs, les plantes semblaient noyées. Il était certains a présent que la sécheresse n’avait pas atteint le pays. Même si le climat faisait certain caprice, le mois de janvier n’en était aucunement concerné. Il était même conseillé d’éviter autant d’eau, donnant a la saison, l’opportunité de geler ses jolies plantes, qui avait aujourd’hui, une mine triste et presque dépourvu de vie.

Sam était légèrement à la traîne. Il entendit la sonnette qui l’informa que Dean ne l’avait pas attendu. Il s’étendit tout de même sur l’allure de la maison aussi propre soit elle. Comme l’avait prouvé son appel, les domestiques étaient là pour s’occuper de tout cela. Certains avaient plus les moyens que d’autre. Ce qui était flagrant, c’était l’humidité de l’air. D’ailleurs, Sam l’avait remarqué, les dalles brillaient à cause de ce fait. Pourtant, les routes étaient sèches, elles. Ainsi que les trottoirs longeant les rues. Le plus jeune des frères en était sûr à présent, la créature était liée à l’eau. Ce genre de détail n’était pas visible de tous. Personne ne faisait attention aux dalles humidifiées ? Tout comme qui s’intéressait à l’humidité que pouvait posséder l’air ? En tant qu’enquêteur du surnaturel, Sam passait de nombreuse heure dehors, que ce soit le jour, ou la nuit. Et la différence entre une journée et une soirée, c’était bien le taux d’humidité qu’on pouvait ressentir.

Dean attendait toujours devant la porte qu’on daigne l’ouvrir. Sam pensait voir une domestique ouvrir même si le terme l’effrayait. Il regarda son frère et lui demanda en montrant les dalles et les plantes :


-Tu ne remarques rien ? Il semblerait que l’eau s’est invitée ici, émit il l’idée.

Il patienta avec son frère toute en pensant à ce nom qu’il devrait dire. Mais il trouva un palliatif si il devait se présenter. Il trouverait le moyen de duper son frère. C’est simple, il ne dirait pas son soi-disant prénom. Il fallait trouvé quelque chose pour que ca ne soit pas grossière. Présenter son nom seulement n’est pas très poli. Non Sam annoncerait : « Bonjour, agent Tube » *Mer**, ça résout rien du tout ça*. Alors il se mit à réfléchir en attendant que quelqu’un leur ouvre. Bientôt serait le moment du ridicule. Mais le jeune frère savait y faire. Il gardait toujours son sérieux malgré les circonstances qui le vouent à la honte. Il se retourna et regarda vers la rue. De la une femme qui passait a vélo les dévisagea un instant, puis se mit à sourire. Ce n’était pas un secret, les femmes aimaient les hommes en uniforme. Malheureusement, il ne pensait pas que cela irait en leur faveur dans les minutes à venir. Il sourit bêtement en regardant l'accoutrement de son frère et secoua la tête avant de reprendre son attention sur la porte.

_________________

Ton avenir, c'est le notre !
Si tu n'es plus, je ne suis plus !
Alors survis ou tu me tueras !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Winchester
* Do you really want to die?
avatar

Nombre de messages : 306
<b>Age</b> : 29 ans
<b>Profession</b> : Aucune
<b>Adresse</b> : Pacific Hotel Restaurant, R214
Date d'inscription : 29/01/2008

* MY HIDDEN WORLD
Possession/Pouvoir:
Groupe: Chasseurs
Relations:

MessageSujet: Re: "Agence des eaux, bonjour" [pv Dean, PNJ]   Sam 9 Fév - 16:57

En effet Dean n’avait pas attendu que son frère soit arrivé pour sonner. Celui-ci le rejoint bien évidemment avant que quelqu’un ne leur ouvre. Le plus jeune des deux frères montra alors qu’il avait remarqué l’étrange excès d’eau en ce lieu. Pauvres plantes, elles avaient sûrement dû être noyées sous le surplus l’eau. Dean avait lui aussi fit le rapprochement entre la créature inconnue qu’ils poursuivaient et cet excès d’eau dans les parages. Il n’y avait pas le moindre signe d’un arrosage automatique et pourtant, comme Sam l’avait fait remarquer, l’eau s’installait de façon assez étrange et peu conventionnelle: alors que les dalles et les plantes semblaient limite noyées, l’herbe était d’un vert magnifique, taillée au millimètre près et les murs étaient aussi secs que n’importe quel autre mur.

- P't'être qu'ils veulent faire de la maison un centre nautique...

Un bruit se fit afin entendre, indiquant aux Winchester que la porte était en train de s’ouvrir après que la personne ait ôté les divers verrous empêchant aux cambrioleurs d’entrer aisément. A croire que cette veuve faisait tout dans la démesure: les plantes noyées, les nombreux verrous… peut-être était-elle adepte du fameux proverbe « jamais deux sans trois », qui sait. Ce fut un homme d’une soixantaine d’année qui apparut aux deux frères, vêtu lui aussi d’uniforme mais montrant son rôle de majordome par sa stature. Il avait les traits du visage assez ridés, et avait la mine assez blasée. Aucun sourire, aucun signe de gaieté ou de tristesse, un véritable zombie (enfin façon de parler). Il regarda tour à tour Sam et Dean, qui arboraient leur plus beau sourire commercial et leur demanda sur un ton lassé:

- Oui, c’est pourquoi?

Dean eut ce fameux haussement de sourcil qui lui donnait un air assez sur de lui, ce qui arrangeait un peu son aspect de professionnel. Il saisit son badge, le montrant au majordome qui le regarda brièvement sans même lire ce qui y était inscrit. L’aîné des Winchester répondit alors tout en remettant son badge à sa place:

- Bonjour Monsieur, nous sommes représentants de la compagnie des eaux.

L’homme arbora une légère mimique qui montrait une petite frustration et laissa Dean continuer sa petite introduction qu’il ressortait chaque fois qu’il faisait un de ces coups là. Sam devait sûrement se sentir soulager de pas avoir eu besoin d’utiliser ce fameux pseudonyme que Dean lui avait trouvé: Jean Tube. On pouvait dire que Dean avait bien joué cette fois-ci: il avait laissé Sam paniquer jusqu’à cet instant alors qu’au final il avait calculé son coup à la réplique près afin que tout leur petit stratagème paraisse crédible.

- Nous avons été prévenu du drame qui est survenu dans cette magnifique demeure. Nous tenions à vous faire part de nos sincères condoléances. Aussi nous enquêtons pour savoir si cela ne viendrait pas d’un disfonctionnement quelconque dans la maison. Pourrions-nous parler au propriétaire des lieux?

Une fois de plus, le majordome plissa ses sourcils de façon désagréable et répondit toujours sur un même ton las:

- Madame ne veut recevoir personne. Monsieur Connors vient de nous quitter de façon tragique et depuis elle refuse de parler à qui que ce soit. Je suis navré mais vous aller devoir partir Messieurs.

Alors qu’il finissait sa phrase, et se préparait à fermer la porte, une voix parvint de l’intérieur afin de dire quelque chose au majordome. Les Winchester ne comprirent pas ce qui venait d’être dit mais il se doutait que la personne qui venait de parler n’était autre que la maîtresse de maison: la fameuse veuve. Le domestique se tourna vers l’intérieur et acquiesça d’un signe de tête, ouvrant cette fois-ci la porte s’ouvrir en grand afin que les « représentants de la compagnie des eaux » entrent. Cela les surpris quelque peu de pouvoir rentrer aussi aisément mais rien ne parut sur leur visage. Ils franchirent le pas de la porte et se retrouvèrent dans un hall dont les murs étaient décorés de diverses photos en noir et blanc représentant sûrement les ancêtres du défunt et de la veuve. C’était le genre de photo que l’on hésite à regarder de crainte d’en avoir la chair de poule. Sur le sol, un long et large tapis de couleur rouge avait été posé, donnant ainsi un air luxueux à la pièce. Se tournant vers l’arche à sa droite, Dean aperçu une femme assise dans un fauteuil près de la cheminée. Sur ses genoux reposés une épaisse couverture verdâtre traînant amplement sur le sol. Le domestique l’avait rejoint et se pencha légèrement pour écouter ce que lui disait la veuve. Lorsqu’il se remit bien droit, il avança vers les deux Winchester qui n’avait pas encore quitté le hall, observant les lieux avec attention. Le vieil homme leur demanda alors:

- Que désirent ces messieurs? Une tasse de thé, de café?

*On pourrait pas avoir une bonne bière plutôt?*

Dean se dit alors que s’il osait dire à haute voix ses pensées, il recevrait de suite un coup de coude discret mais douloureux de la part de Sammy. Il est vrai qu’un représentant aurait eu tendance à demander un café bien noir; pour rester dans ce fameux rôle qu’ils jouaient à merveille, Dean demanda un café et laissa Sam répondre à son tour. Après avoir passé leur « commande », ils avancèrent vers la femme qui était dans le salon et s’arrêtèrent à quelques mètres d’elle. Madame Connors ne se tourna même pas et, sans les regarder, leur dit:

- C’est étrange comme la vie peut-être injuste et courte pour certain… mon mari était un homme bon et généreux, il n’avait aucune raison de quitter ce monde avant les autres.

*Pourquoi elle nous raconte ça?*

On ne pouvait pas dire que Dean comprenait l’attitude de cette femme. Il ne connaissait pas ce sentiment étrange qui envahissait la majorité des gens lorsqu’il perdait des êtres chers. Bien qu’il ait lui-même perdu ses deux parents, il n’avait jamais ressenti cette envie de parler aux inconnus de ses problèmes et de leur conter la vie des défunts qui lui manquaient tant. Il avait même tendance à rester silencieux sur ce sujet, faisant comme si rien de tout ça ne s’était passé. Un silence que Sam avait souvent du mal à supporter et pourtant Dean continuait de faire comme si la mort ne l’inquiétait pas ou le faisait tout simplement rire. Il avait pris la fâcheuse habitude de faire comme si la vie était sans importance et cette idée semblait se décupler au fur et à mesure que le jour de sa mort approchait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesdar.superforum.fr/
Samuel Winchester
* MODO
avatar

Nombre de messages : 501
<b>Age</b> : 24 ans
<b>Profession</b> : Aucune
<b>Adresse</b> : Pacific Hotel Restaurant, R214
Date d'inscription : 25/01/2008

* MY HIDDEN WORLD
Possession/Pouvoir: ///
Groupe: Chasseur
Relations:

MessageSujet: Re: "Agence des eaux, bonjour" [pv Dean, PNJ]   Ven 15 Fév - 22:28

Sam écouta la remarque de son frère mais n’y revint pas. Le calme était un peu trop pesant dans ce coin, les oiseaux semblaient respecter le deuil de la veuve en restant muet. En réalité, Sam, qui cherchait sur les branches des arbres aux extrémités du terrain, ne voyait pas l’ombre d’un volatile. La porte émit enfin des bruits venant des verrous que l’on ouvrait un par un. Lorsqu’elle s’ouvrit, c’est un homme assez âgé en uniforme de gouvernant qui apparut. Sam ne pensait pas que cela existait encore. A vrai dire, le quartier semblait bien familial pour une demeure de personne riche, comme quoi les gens se cachaient bien. Le petit frère laissa le soin au grand de se présenter évitant ainsi de faire appel à son nom d’imposture. Si cela c’était passé dans la caricature, il se serait essuyé le front en soufflant de soulagement. « Merci Dean » ? Ben voyons ! Il n’aurait pas choisis ce nom, cela ne l’aurait pas dérangé de se présenter, bien qu’il n’aimait pas trop se faire passer pour quelqu’un d’autre. Sam étudiait chaque trait du visage du vieil homme et pu y remarquer de la réticence à les laisser entrer. Il était prêt à agir au cas où. Cependant son frère continuait ses explications. Il faisait ça si bien quant il le voulait. Malheureusement le majordome semblait avoir pour ordre de ne laisser entrer personne. La porte commença à se fermer et Sam ouvrit la bouche pour tenter de convaincre le vieil homme, mais quelqu’un semblait en désaccord et demanda à les laisser entrer. Du moins le pensa le plus jeune des frères puisque la porte leur était grande ouverte à présent.

Lorsqu’ils furent entrés, Sam ne pu s’empêcher de jeter un coup d’œil aux alentours. La superficie de la pièce semblait en démesure face à l’apparence de la maison vue de l’extérieur. Le hall était magnifique, luxueux et définissait très bien le statut social des propriétaires. Tout avait une place, mais si peu de chose remplissait la pièce. Bien sur, les deux frères avaient déjà vu de pareille demeure, mais a chaque fois, Sam en était presque étourdie. Il aurait tant aimé vivre dans le quart de ce genre de maison. Pourquoi voulait il faire des études de droit d’après vous ? Quoi qu’il en soit, il se ressaisit rapidement et évita de montrer son intérêt pour des choses matérielles. Il suivit le regard de son frère et vit une femme dans un fauteuil qui semblait avoir une couverture sur les jambes. Elle était face à sa cheminée et ils ne pouvaient la voir. Le majordome leur demanda s’ils voulaient une boisson chaude et après que Dean est demandé un café, Sam répondit à son tour sans hésitation :


-La même chose, merci,
dit il en le regardant partir.

Il suivit ensuite son frère et s’approcha donc vers la jeune femme qui commença un monologue. Sam voyait ce qu’elle voulait dire. Il repensait à Jessica qui n’avait jamais rien su du surnaturel, à Madison qui n’était qu’une malheureuse victime de la créature qui l’habitait et enfin à Dean qui avait passé son temps a battre les créature du mal et qui avait troqué avec sa vie eux pour celle de son frère. Sam ne pouvait plus rien y faire et ça c’était vraiment très injuste. Il ne pu s’empêcher de répondre :


- Nous en sommes certains, commença t’il. Je vous comprends, c’est toujours ainsi.

Sam avait cette petite boule au ventre que lui causaient les événements récents. Beaucoup de choses à gérer et certaines étaient une priorité qu’il n’arrivait pas à résoudre. Alors qu’il s’était immunisé contre la peur, en combattant, ce qui autrefois, étaient ses pires cauchemars, Sam était aujourd’hui effrayé. La crainte, qui l’habitait, n’avait jamais été aussi intense. Son grand frère ne pouvait pas s’en rendre compte car il espérait pouvoir lui cacher, du moins le plus longtemps possible. Mais ses nuits étaient courtes, pensant à ce qu’il pouvait tenter et ce qu’il aurait pu tenter, à ses souvenirs, ses regrets et ses espérances qu’il ne verrait jamais. La femme resta assit sur son fauteuil et annonça comme si la réponse devait être la négation :

-Vous avez perdu l’être le plus important a votre cœur ? Celui qui vous a accompagné une grande partie de votre vie ?

Sam baissa les yeux. Elle ne pouvait le voir, mais il ne pouvait avouer ses pensées. Par respect pour la veuve, qui n’aurait rien comprit et aurait pris ça pour de l’insolence, pour Dean qui ne devait entendre ce genre de souffrance que cachait son jeune frère et qui le torturait individuellement. Sam jeta rapidement un coup d’œil à son frère tout en pensant :


*Ca ne va pas tarder*

Cependant, il préféra revenir des années en arrière. Il n’avait pas connu la solitude de cette femme puisque son frère avait été là et les créatures du mal aussi. Il avait pu penser à d’autres choses, bien que certaines fois, on ne pouvait passer à côté de ses souvenirs. Il osa alors :

-J’ai perdu ma petite amie il y a quelques années maintenant. Je sais ce que c’est de perdre un être chère.

Serait il capable d’en parler plus que cela, il ne le pensait pas. Mettre cette veuve en confiance était son objectif. Lui parlait comme elle se confiait ne pouvait que leur ouvrir des portes. Un silence s’installa, la dame ne savait certainement pas quoi répondre. En réalité, il était difficile de le voir, puisque son visage leurs était encore inconnu. Ce n’était peut être pas le temps pour ça, du moins pas encore, mais Sam demanda à la veuve :

-Je sais que ma question va paraître étrange, mais est ce que votre mari avait un comportement différent que d’habitude les jours précédents de drame ?
Avait il dit avec douceur.

La question pour un agent des eaux aurait pu être bizarre. Mais peut être que c’était l’expérience de Sam et de sa petite amie qui parlait. Enfin …Jean Tube plutôt. Pourtant, c’était bien pour les besoins de l’enquête. Il attendit la réponse de la femme en espérant qu’elle ne voit aucune objection à y répondre.

_________________

Ton avenir, c'est le notre !
Si tu n'es plus, je ne suis plus !
Alors survis ou tu me tueras !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Winchester
* Do you really want to die?
avatar

Nombre de messages : 306
<b>Age</b> : 29 ans
<b>Profession</b> : Aucune
<b>Adresse</b> : Pacific Hotel Restaurant, R214
Date d'inscription : 29/01/2008

* MY HIDDEN WORLD
Possession/Pouvoir:
Groupe: Chasseurs
Relations:

MessageSujet: Re: "Agence des eaux, bonjour" [pv Dean, PNJ]   Ven 15 Fév - 23:40

Lorsque la femme demanda aux deux frères s’ils avaient perdu un être cher, Dean repensa à tout ceux qu’il avait perdu. D’abord sa mère, puis son père et avait même perdu son frère l’espace de quelques temps. On ne pouvait pas dire que son entourage avait de la chance. D’ailleurs l’aîné des Winchester se demandait par moment s’il n’était pas la cause de tant de souffrance, de peine et de mort. Tout ceux qui semblait être proches de lui finissaient apparemment toujours par mourir ou par souffrir le martyre. Pourquoi?! Cette question, Dean se la posait très souvent. Trop souvent sûrement. Depuis quelques temps, en fait depuis son pacte avec le démon, il avait du mal à penser du bien de lui-même. Lorsqu’il se retrouvait face à son reflet, il sentait ce léger de dégoût envers sa propre personne et ne cessait de se ressasser les drames qui rythmaient sa vie… triste vie.

Ce fût Sam qui osa répondre à la veuve, toujours assise sur son fauteuil, observant le feu face à elle. Les mots de son frère confirma ses noires pensées. Peut-être y’avait-il une malédiction sur eux après tout. Cela n’étonnerait pas Dean que cela soit vrai en tout cas. Il repensa à cet affreux jour où il avait vu son frère mourir dans ses bras, attaqué violemment par derrière par un homme qui venait de le poignarder. Il n’avait pas réussi à se rendre compte de ce qui c’était réellement passé quand cela arriva. Il continuait de lui parler, faisant ainsi un sombre monologue et refusant d’incinérer son frère, et préférant le garder au près de lui à jamais. Par le passé, leur relation était assez complexe, mêlant fraternité et incompréhension au point de ne plus s’adresser la parole. Mais maintenant qu’ils avaient partagé tout ce temps en duo, ils paraissaient autant à l’un qu’à l’autre que la vie sans sa moitié ne serait pas possible à supporter.

Perdu dans sa réflexion, Dean n’exprima même pas ce que lui-même avait pu vivre. De toute manière, même s’il en avait eu la possibilité il ne l’aurait sûrement pas dit à cette femme. Pourquoi parler de ses sentiments à une inconnue après tout? Elle n’avait pas à être au courant de tout ça. Il préférait de loin garder sa tristesse au fond de lui et faire mine qu’il profitait de la vie en gardant le sourire quoi qu’il arrive. En revanche, il se doutait bien que ce fardeau devait être plus lourd à porter pour son frère dont l’âme était bien plus sensible aux tristesses de ce bas monde. Dean comprenait donc pourquoi il dévoilait la mort de Jessica avec ce léger tremblement dans sa voix que seul Dean pouvait percevoir. L’aîné se demandait par moment s’il ne devait pas faire le point avec son frère sur tout ce qui leur était arrivé. Peut-être aurait-il dû le laisser continuer ses études de droit afin qu’il devienne riche, marié et heureux. Ou avait-il fait le bon choix en l’arrachant à cette vie agréable d’étudiant en l’amenant avec lui à la ‘chasse‘? Le remord le rongeait par moment et il n’arrivait jamais à savoir s’il se conduisait en bon grand frère. Il finissait généralement par se dire que son père serait fier de lui parce qu’il avait exécuté ses ordres, et protégé du mieux qu’il le pouvait son frère. Mais cela ne faisait de lui qu’un soldat qui obéissait aux ordres de son chef. Un simple soldat dont la seule compétence serait d’obéir et d’exécuter les ordres sans broncher. C’était d’ailleurs parfois pour cela qu’il enviait Sam: celui-ci avait constamment tenu tête à leur père afin de ne pas se rabaisser au simple état d’exécutant. Bien sûr tout cela restait au fond de lui afin qu’il ne se sente pas faible aux yeux de son petit frère.

Sam reprit alors le cours du sujet pour lequel ils étaient vraiment venus: la mort de cette homme. Il avait l’art et la manière de poser ce genre de question avec cette voix si douce et agréable que les personnes concernaient se sentaient généralement en présence d’une personne de confiance. La femme baissa la tête en soupirant. Son ombre se dessinait sur le mur où se trouvait la cheminée et donnait ainsi un air mystérieux et mélancolique à l’atmosphère régnant autour d’eux. Dean pensa alors que la veuve préférait garder le silence en raison de sa tristesse mais elle répondit tout de même:


- Mon mari avait pour habitude de s’asseoir sur ce fauteuil, passant des heures à contempler les flammes du foyer tout en discutant avec mon majordome et moi-même

Dean pensa alors qu’elle repartait dans un de ces inutiles monologues qui ne leur servirait à rien, mais elle continua et dit ceci:

- Mais depuis quelques temps il ne semblait plus ampli de cette joie de vivre. Il restait de longues heures assis sur le lit à cause d’une énorme fatigue et ne mangeait plus.

Dean demanda alors:

- Il avait cessé de s’alimenter?
- Pas exactement. Il ne demandait que de l’eau ou alors des tisanes, comme si sa soif semblait ne jamais s’arrêter.

Dean saisit alors un de ces fameux carnets que Sam lui avait fait prendre et commença à noter mot pour mot ce que venait de dire la pauvre veuve. Le majordome arriva à cet instant, comme venu de nulle part, tenant dans les mains un plateau sur lequel trônait trois tasses: deux de café et une de chocolat chaud. Il servit tout d’abord la femme en lui donnant les biscuits qu’il avait prit soin d’apporter puis, il se tourna vers les jeunes frères, l’air toujours aussi dédaigneux, et les laissa prendre leur tasse ainsi que quelques biscuits. Dean avait manqué de tous les prendre mais face au regard de son frère, il dut se contenter d’en prendre deux. Il s’en alla en leur souhaitant un bon appétit puis disparut en partant vers une autre pièce. La femme se tourna enfin vers eux, laissant son visage fatigué et triste apparaître. Dean continua alors tout en prenant soin de noter les réponses de la veuve:

- Avez-vous observé des phénomènes étranges avant le décès de votre mari?
- Des phénomènes étranges?
- Oui, inhabituels. Peut-être des problèmes dans l’installation électrique, des bruits suspects.

Bien évidemment la femme ne comprenait pas vraiment en quoi cela pouvait avoir un rapport avec la mort de son mari et surtout avec le travail de la compagnie des eaux. Dean savait qu’il s’aventurait sur une pente des plus glissantes en posant cette question telle quelle mais il savait que s’il ne le faisait pas, ils n’auraient sûrement jamais les informations dont-ils avaient besoin pour résoudre cet étrange affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesdar.superforum.fr/
Samuel Winchester
* MODO
avatar

Nombre de messages : 501
<b>Age</b> : 24 ans
<b>Profession</b> : Aucune
<b>Adresse</b> : Pacific Hotel Restaurant, R214
Date d'inscription : 25/01/2008

* MY HIDDEN WORLD
Possession/Pouvoir: ///
Groupe: Chasseur
Relations:

MessageSujet: Re: "Agence des eaux, bonjour" [pv Dean, PNJ]   Dim 17 Fév - 20:20

Comme il s’y attendait, la jeune femme se livra a eux comme pour relâcher cette emprise que son chagrin lui avait causé : le silence. Habituellement, ce genre de personne aimait avoir des gens d’expériences, d’un certain âge pouvant partager le désespoir donc ils faisaient face. Oui, la mort d’un proche était sans doute la pire chose qui pouvait nous arriver. On espère tant, et égoïstement, partir avant tout le monde. On en est presque inconscient de la souffrance qu’on fera endurer aux autres. Car nous sommes capable de la ressentir lorsqu’un être nous quitte mais sommes incapable de se faire a l’idée que l’on infligera un grand chagrin à ceux qu’on aime lorsqu’on les quittera. C’était sans doute une protection, il n’y avait pas de meilleure explication. Sauf peut être que tout le monde a une part d’égoïsme caché…ou non.

Nous sommes malheureux d’être heureux. Chacun cherche le bonheur sans se rendre compte qu’à sa chute on ne retrouve qu’une chose : la déception. On se plaint des mauvaises journées, des incidents, des accidents ou des mauvaises rencontres. Mais si tous cela n’existaient pas comment pourrait on apprécier le bonheur à sa juste valeur ? Les plus heureux deviennent malheureux à force de vivre la routine de la belle vie. Alors qu’est ce qui est le mieux ? Peut être le juste milieu. Ce que Sam reprochait à la vie, c’était de tant jouer avec lui. La souffrance était sa routine. A chaque fois qu’il semblait vivre la pire chose qui puisse lui arriver, une autre faisait surface. Malheureusement, ou heureusement pour lui, il atteignait les limites et aller perdre la seule chose qui atténuait la torture que lui infligeait la vie. Alors, après cela, que pouvait il y avoir de pire ?

Ainsi le mari de cette femme avait cessé de s’alimenter, du moins d’aliment solide ne demandant qu’à boire. Cette information éliminait plus d’un démon dans la liste qu’avait instauré Sam. Il en restait assez pour avoir de nombreux doutes. Le majordome avait fait son entrée et servait à présent la veuve avec cette expression sur le visage qui laissait perplexe le plus jeune des frères. Tant de tendresse dans le regard que ça en devenait malsain. Lorsqu’il revint a eux, il avait de nouveau ce visage fermé donc il faisait preuve depuis leur arrivée. Sam prit le café et oublia les gâteaux. Il aurait pu en prendre pour son frère qui lui était atteint de gourmandise. D’ailleurs il s’étonna de ne pas le voir prendre le tous, mais Dean savait parfois se tenir. Lorsque le majordome les quitta, il remarqua une certaine inquiétude. Avait il peur de laisser ces deux hommes a cette veuve ? Ou avait il peur de ce qu’il pouvait dire ? En tout cas, si son « bon appétit » paraissait sincère, c’était certainement parce que cette femme était présente.

Son frère prenait des notes sur son bloc note. Comme quoi, cela pouvait avait plus qu’une couverture ce genre d’outils. La femme fit enfin montrer son visage, et la surprise envahit Sam. Alors que le défunt était décrit comme un homme d’une trentaine d’année, elle portait sur son visage les marques du temps. Il était certain que bien plus de trente printemps s’étaient écoulés dans sa vie. Le jeune Winchester en comptait une cinquantaine au moins, se rapprochant plus de l’âge du majordome que du leur. Ainsi des éléments nouveaux venaient de s’inscrire dans le cerveau de Sam. Elle était l’héritière, il avait le profiteur. Du moins, c’est le scénario qu’il s’imaginait pour y placer le serviteur dans l’histoire. Ce qui clochait, c’est qu’aucun ne pensait à venger un humain. L’imagination du plus jeune s’exposait ainsi : Le défunt avait épousé la femme mure pour son argent, le majordome n’appréciait pas et a donc tué l’homme pour libérer la vieille dame aveuglée par l’amour. Mais comment ? Soudainement, la réponse vint à son esprit comme on allume une lampe pour éclairer une pièce sombre : La sorcellerie.

Dean posa une autre question. Sam fut assez surpris. Il fronça ses sourcils en signe de réflexion, puis nota quelque chose en gros sur son bloc note. Il s’appliqua sachant que son frère avait parfois du mal à le lire. Il y nota : « Jeune défunt + héritière âgée = majordome jaloux > Sorcellerie. ». Il avait écrit ça comme on grave le prénom de personnes amoureuses sur un arbre. C’était pourtant clair, discret et à la portée de Dean pour une lecture rapide. La veuve ne semblait pas comprendre où Dean voulait en venir. Il était vrai qu’il était difficile d’oser ce genre de question sans paraître fou. Il s’empressa d’ajouter afin d’élucider ce mystère :


- Oui, ou une fuite d’eau. Nous avons remarqué que votre terrain était plus humide que ceux aux alentours.

La veuve semblait ne pas comprendre. Elle fronçait les sourcils comme si on lui posait une énigme mathématique. C’est alors qu’elle répondit simplement :

-Je dois vous avouer que je ne sors plus ces derniers tant, mais ça ne m’étonne guère. Si vous regardez le coin là bas, dit elle en montrant le plafond, la peinture s’écaille. C’est une preuve d’humidité, non ?

Sam se tourna pour regarder la zone qu’on lui indiquait. Il s’approcha, toucha le mur avant de caresser le bout de ses doigts avec son pouce. Ils étaient légèrement mouillés. Il regarda Dean, puis la jeune femme, et répondit à sa question :

-En effet, c’est de l’humidité, s'étonnant que le majordome ne s'en était pas rendu compte, il jeta un coup d’œil à la fenêtre et observa les détails de la structure de la pièce, Vous êtes pourtant bien isolé. Vous savez depuis quand ça s’est manifesté ?

La vieille femme semblait perplexe mais n’hésita pas à répondre cette fois. Malgré une voix tremblante, elle annonça :


-Quelques jours avant que mon mari décède. En fait, j’avais l’impression que la maison était malade avec lui. Ca peut paraître fou, mais je la voyais pleurer de cette circonstance.

Ce qu’elle venait de dire était intéressant, mais il avait du mal a savoir si elle faisait une image ou si l’eau coulait réellement des murs. Il ne savait quoi ajouter et ne regardait que Dean pendant que la veuve s’était retournée vers le feu.

_________________

Ton avenir, c'est le notre !
Si tu n'es plus, je ne suis plus !
Alors survis ou tu me tueras !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Winchester
* Do you really want to die?
avatar

Nombre de messages : 306
<b>Age</b> : 29 ans
<b>Profession</b> : Aucune
<b>Adresse</b> : Pacific Hotel Restaurant, R214
Date d'inscription : 29/01/2008

* MY HIDDEN WORLD
Possession/Pouvoir:
Groupe: Chasseurs
Relations:

MessageSujet: Re: "Agence des eaux, bonjour" [pv Dean, PNJ]   Mar 19 Fév - 9:09

Dean remarqua à son tour que Sam écrivait sur son calepin et lui montrait discrètement ce qu’il y avait écrit. « Jeune défunt + héritière âgée = majordome jaloux > Sorcellerie. » ?? L’idée ne lui serait pas venue de suite mais en y réfléchissant un peu c’était une piste qu’il valait mieux ne pas écarter. Il est vrai que le majordome était loin d’être agréable alors qu’il semblait être aux petits soins avec la veuve. Dans d’autres conditions cela aurait pu paraître normal mais, dans ce cas là, il y avait bel et bien eu une affaire du typer surnaturel. Dean s’empressa de répondre à son frère, changeant de page et notant ceci: Majordome > Démon? > Crime passionnel? Il avait bien entendu accompagné son texte d’un petit dessin représentant le majordome avec des cornes et tirant la langue comme KISS… enfin c’est-ce qu’il était censé représenter car ses capacités en dessin n’étaient pas très bonnes. Il était cependant content de son petit dessin et souriait jusqu’aux oreilles. Heureusement, la femme semblait occupée à regarder le feu face à elle, comme s’il l’hypnotisait.

Les Winchester n’avaient jamais eu droit à ces fameuses soirées passées au coin du feu, enveloppés dans une couverture bien chaude tout en grignotant et en discutant avec leur famille. Leur famille… que restait-il de celle-ci à part deux frères déboussolés et sans repère? Ils étaient ce qu’on pouvait appeler « des rescapés » ou « des survivants » et pourtant, de nombreuses fois, Dean aurait voulu rejoindre ses géniteurs. La seule chose qui le rattachait à ce monde était le fait que Sam soit à ses côtés, comme un ange veillant sur lui. Il se devait de le protéger comme tout bon grand frère qui se respecte et avait ainsi gardé la conviction qu’il devait rester en vie. Parfois, il imaginait sa vie sans ces chasses dangereuses. Et si le surnaturel n’avait jamais existé? Que se serait-il passé? Premièrement sa mère n’aurait jamais été tuée par ce démon, donc ils n’auraient jamais cherché à chasser des démons, leur vie aurait été plus simple et aucun homme de la famille n’aurait passé de pacte avec des démons. Ça c’était bien sûr le côté positif de l’idée mais, d’un autre côté, si les démons n’avaient pas existé, Dean et Sam n’auraient peut-être jamais été aussi proches et prêts à donner leur propre vie pour l’autre. Ils auraient sûrement chacun eut leur petite vie tranquille: Sam faisant ses études de droit et devenant avocat, se mariant avec la belle Jessica; Dean aurait trouvé un boulot stable et se serait lui aussi marié avec une belle infirmière; en y réfléchissant, tout ceci était bien beau mais beaucoup trop monotone, trop ennuyeux. Comme quoi le malheur a forcément du bon même si l’on ne s’en pas compte.

Sam compléta la question que venait de pose l’aîné des Winchester et permit ainsi à la vieille femme de mieux expliquer ce qu’elle avait remarqué ces temps-ci. La maison pleurait en même temps que la victime s’affaiblissait. Hum cette histoire avait une petite ressemblance avec cette fameuse légende de la demeure dont les murs étaient recouverts de sang: « la maison qui saigne ». Bien sûr c’était le seul point commun avec ce qu’il se passait à cet instant. Sam jouait à merveille le représentant de la compagnie des eaux, rassurant ainsi la pauvre veuve qui elle aussi avait dû pleurer en même temps que sa maison. D’où pouvait bien provenir cette eau? Dean s’approcha à son tour de ce fameux mur qui était assez loin de la veuve et sortit son détecteur de l’intérieur de sa veste afin de détecter d’éventuelles traces d’une activité démoniaque. Dès qu’il l’alluma, l’appareil s’agita jusqu’à monter à son maximum, émettant ainsi un bruit qui attira l’attention de la veuve:


- Que faites-vous messieurs?

* Il manquait plus que ça!*

Il se tourna, avec ce fameux sourire Colgate sur le visage, et dit à la femme prenant l’air de quelqu’un de professionnel connaissant à la perfection son métier:

- Pour notre relevé nous avons besoin de déterminer le taux d’humidité dans votre maison, cela nous permettra sûrement de prévenir d’éventuels dégâts matériels. Pour votre protection bien sûr.

La veuve semblait rassurer par ce discours et ne remit pas une seule fois en doute ce qu’il venait de lui dire, pensant que ce qu’il tenait dans les mains était un détecteur d’humidité de haute technologie. Cependant, Dean et Sam lui tournèrent le dos, faisant mine d’observer le mur, et l’aîné dit à voix basse à son cadet:

- Ça faisait longtemps que j’avais pas vu une activité aussi importante. On dirait qu’y’a tout un régiment de démons ici.

Il finit par éteindre le détecteur et le rangea là où il avait mit précédemment. Dean demanda alors à la veuve, marchant vers elle tranquillement:

- Avez-vous déjà eu des problèmes de fuite d’eau ou d’éviers bouchés par le passé?

La femme, mise en confiance par les deux frères, répondait de plus en plus sans trop réfléchir à ce qu’elle allait leur dire:

- Il me semble que non, la maison n’a jamais causé de problèmes même si mon mari passait du temps à vérifier que tout fonctionnait bien. Il anticipait et réparait en un tour de mains. Il adorait rendre service…

La voix de la femme sembla trembler vers les derniers mots et une larme coula le long de sa joue. La mémoire de son mari semblait la blesser au plus profond de son cœur. Ils devaient vraiment former un couple heureux ces deux là. La femme commença ainsi à sangloter et Dean eut le réflexe de regarder son jeune frère comme pour lui dire « ça c’est ton rayon ». En effet, Sam avait beaucoup plus de tact pour réconforter les personnes. Imaginez si Dean essayait de rassurer quelqu’un: il lui conseillerait un bon whisky, un bon bar et donnerait à la personne concernée le numéro d’une gogodanceuse. On pouvait pas vraiment dire que c’était la meilleure des choses à faire quand on venait de perdre un proche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesdar.superforum.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Agence des eaux, bonjour" [pv Dean, PNJ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Agence des eaux, bonjour" [pv Dean, PNJ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [INFO] Facebook "bonjour"
» Dis bonjour! ... "Bonjourrrrrr!!!"
» ??????? ("bonjour" en tamoul)(j'utilise Google trad' je vous rassure)
» Au revoir "le 20 ème anniversaire de Disneyland Paris" Bonjour "Disney Infinity "
» Ariane (Butterfly) vous dit "BONJOUR"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SUPERNATURAL DEVIL'S GATE :: LOS ANGELES - SUBURBS & OUTSKIRTS :: * GARDNER & CAHUENGA-
Sauter vers: